vendredi, février 24 2017

23 février 2017 - Jouer en pleine conscience

Le ludochon va souvent par monts et par vaux faire la promotion de notre noble loisir. Ainsi, on nous informe que quelques ludochons se trouvent encore une fois à Cannes (Ce qui est bien pour notre pratique ludique, un peu moins pour la fréquentation du jour) pour le salon du jeu. Heureux cannois distingués par cette auguste visite ! ;-).

Dice city Dice city - des plateaux individuels tellement grand qu'il peut servir de divan pour les pulsions ludiques des joueurs...

D'ordinaire, nous démontrons aisément que le jeu est dans la plupart des cas un loisir peu coûteux, transgénérationnel, inclusif etc, etc... N'insistons pas, on vous a déjà souvent fait ce discours ! Parfois, cependant malgré la sagacité intellectuelle qui caractérise le ludochon , lorsque nous sommes poussés dans nos derniers retranchements, nous nous devons d'utiliser (à regret) l'argument ultime, prouvant définitivement que si le jeu est une activité formidable : "c'est parce qu'en fait,... Cela nous plait !" (Oui c'est un argument pourri, mais si vous n'avez pas déjà convaincu le quidam avec les autres, vous n'avez plus rien à perdre).

Le site des ludochons, jamais avare en conseils spécieux, vous propose aujourd'hui une nouvelle approche, bien vendeuse, pour convaincre vos proches : le jeu est en fait une forme de méditation !

Prenons par exemple, la, très en vue, méditation de pleine conscience. Si on la résume d'une manière tout à fait scandaleuse, elle revient souvent à porter son attention sur un élément précis du présent ou à se mettre à l'écoute du flot des événements. Qu'est ce donc, i ce n'est une description parfaite du ludochon un jeudi soir ?

20170223_talisman.jpg Talisman - une méditation sur le temps ludique qui passe....

En effet, les ludochons une fois notre porte franchie, semblent se détacher de leurs soucis ordinaires et oublient le quotidien (juste après quelques discussions liminaires formelles). Ensuite, une fois à la table de jeu, c'est le plateau qui mobilise toute leur attention (et parfois les bonbons, avouons-le) et le joueur reste à la fois très concentré sur celui-ci mais aussi très attentif à ce qui va se dérouler autour d'icelui. Ce n'est qu'à la fin de la partie, qu'il va s'ébrouer et reprendre doucement contact avec la "réalité".

Regardons maintenant les effets bénéfiques de cette méditation. Alors même qu'il a pu lutter pied à pied avec ses petits camarades pendant le jeu, en agrémentant ses mouvements de jurons fleuris (mea culpa), que va-t-il faire à la fin de celle-ci ? C'est tout simple : proposer une autre partie ! Regardons-le plus attentivement, après une partie, il est accort, détendu, et affable.

Les mauvais esprits pourraient nous expliquer que toute activité menée avec sérieux peut parfois passer pour une méditation (Mmmm pour le curage de nez j'hésite), mais cela serait ne pas saisir le potentiel de cette révélation. D'ailleurs si nous étions américains dans le "business" de la méditation ou encore mieux du coaching, nous trouverions immédiatement un acronyme vendeur pour cette nouvelle méthode que nous entourerions de moultes ©, ® et autres ™. Le ludochon étant munificent, il vous a livré cette méthode pour rien... Jouez donc !

Bruxelles Bruxelles - méditation sur la création artistique et l'art calculatoire.

C'est surement à cause de tous les bienfaits de cette méditation que nous étions encore quelques uns (malgré les vacances et Cannes donc ) à nous réunir à Bourgoin-Jallieu pour nous consacrer au poussage de pions !

Les jeux

  • Bruxelles 1893 (E. Espreman chez Pearl games)
  • Dice city (Vangelis Bagiartakis chez AEG)
  • Scythe (Jamey Stegmaier chez Ghenos games)
  • Talisman (Robert Harris chez Gallimard)


Les joueurs

  • Christophe, David, Éric et deux jeunes ludochons
  • Frédéric, Olivier et Vincent (Bibou)
  • Karen, Jori, et Vincent (TchO)
  • Bertrand II, Manu, Victor et XXX j'ai un doute


20170223_scythe.jpg Scythe - méditation sur le fait de prendre de bonne habitude ludique (avec un As d'or du jour!)

vendredi, février 17 2017

16 février 2017 - Le ludochon s'appelle-t-il Valentin ?

La semaine nous a apporté, comme toujours, son lot d'événements prétendument marquants et qui ont pris une place importante dans les média, place sans doute imméritée, si on s'intéresse à leurs réels impacts.
Dans ce genre particulier, la Saint-Valentin n'est pas la moins importante des fêtes calendaires.

Masmorra Masmorra, avec un personnage qui fête la Saint-Valentin à la masse lourde ?

Certains s'attendent déjà à une charge vigoureuse contre cette fête, et au risque de les décevoir nous ne nous y livrerons pas ! Car, si on évite les écueils commerciaux, dont le brin de veule vénalité qui peut étreindre certains vendeurs de roses à la sauvette en cette saison (qui seraient prêt à faire passer une rose fanée bombée à la laque pour le parangon d'une gracile beauté), il n'est, au fond, pas si mauvais que cela de fêter l'amour ! Et, le simple fait que, certains pays dans le monde interdisent cette fête nous pousserait presque à l'encenser...

Mais si la Saint-Valentin célèbre l'amour, est-ce que les ludochons font de même ?
"- Bah, oui" répondrez-vous innocemment...
"- Faut voir" répondra votre plumitif favori.
Cette semaine, nous ne nous sommes en effet pas réunis le 14 pour la Saint- Valentin (des couples venant jouer ensemble cela aurait été mignon, non ?), mais le 16 jour où on célèbre l'"épectase" de Félix Faure... Ce qui rappelle le côté moqueur du ludochon.

Battlestar Galactica Battlestar Galactica - vu la tête des personnages, la Saint-Valentin s'est mal passée.

Si on analyse maintenant la population des séances des ludochons, les couples ne sont pas légions... On objectera que si vous êtes dans un couple de joueurs pourquoi sortir pour jouer ? Et bien justement pour sortir de la routine et du train-train, jouer avec d'autres et enrichir, au final, son couple...
Mais voilà souvent le conjoint reste à la maison, mais est-ce si désastreux ? Pas forcément. En effet, si on y regarde de plus près certains conjoints sont des ludophobes, il serait cruel de les faire souffrir ! Et dans pas mal d'autres cas, cette répartition semble répondre à de savants besoins d'équilibrage et est finalement plutôt favorable.

La conclusion ? Finalement il est possible que les ludochons soient bons pour le couple et qu'il convient donc de laisser les joueurs s'y rendrent régulièrement. (Je me demande si cette chronique biaisée n'est pas un argumentaire bancal "pro domo" ).


Myrmes Myrmes - Ca me rappelle quelque chose... Ah oui, un bon jeu ! Et un couple de joueurs

Hier seuls, en couples ou en familles, les ludochons se sont encore réunis (nombreux) pour jouer et passer de joyeux moments ensembles.

Les jeux

  • Abyss (B. Cathala & C. Chevallier chez Bombyx)
  • Battlestar Galactica (Corey Konieczka chez Fantasy Flight Games)
  • Masmorra: Dungeons of Arcadia ( D. Alves, P. Matheus, E. Cunha Neto chez Edge )
  • Pandémie (M. Leacock chez Filosofia)
  • Pandémie Legacy (M. Leacock chez Filosofia)
  • Perudo ( C. Fry & A. Fernandini chez Asmodée)
  • Quartermaster General – Victory or Death: The Peloponnesian War (Ian Brody chez Griggling Games, Inc.)
  • Star Realms (R. Dougherty , D. Kastle chez White Wizard Games)
  • Valeria: Card Kingdoms (Isaias Vallejo chez Daily Magic Productions.)


Les joueurs

  • Éric, Jean-Philippe, Olivier et Vincent (Possom) en Grèce
  • Fillo, Jean-Jacques, Manu, Michaël, Victor, et Zaggus en cylons
  • Davide, J-B, Lucie-Anne, Nelly, Vincent (Tcho) en guérisseurs
  • Alain, Noémie, XXXX et XXXX dans les profondeurs
  • Bertrand II, Davy et Christophe sur Myrmes
  • Bertrand, Frédéric, David, et Suzel qui ont reçu l'amour la chtouille en héritage


Pandemie legacy Pandémie Legacy - Bertrand nous a dit "Si tu publies le plateau sur le net tu vas te faire massacrer"... Nous chez les ludochons on ne cède pas à la menace ! Non !

vendredi, février 10 2017

9 février 2017 - Tiens, il y a de l'écho...

L'année 2016 est bien finie !
Certains lèveront un sourcil (élégant ou broussailleux qu'importe) en se demandant si le rédacteur n'est pas encore en plein décalage temporel, car vous le savez tous déjà et il n'y a rien de neuf là-dedans : 2016 est bien finie ! On en a même presque, enfin, terminé avec la période des "bilans" (Notons l'approche anglaise). Alors ?

Unlock! Unlock! Première performance, libérer le jeu avant sa date de sortie !

Et bien, nous allons donc pouvoir nous intéresser aux bilans des bilans... En effet l'avantage du nombrilisme journalistique c'est qu'il peut parfois faire passer son propre recyclage pour de l'analyse savante !
Que disent alors, quasi-unanimement, les bilans ? Que David Bowie est mort... Notez que c'est triste, mais en relisant tous les bilans on s'aperçoit vite que tous les morts ne semblent pas tous trouver le même écho, et qui si certains événements dominent l'actualité (Brexit / élections US) d'autres semblent déjà disparaître de notre radar (La mer de Chine, la Corée, le Yémen, etc. ).

Il est donc temps de nous concentrer sur un autre Eco (mais Umberto cette fois), mort il y a bientôt un an et qu'on a un peu trop vite expédié. Certes, il serait facile de se concentrer sur "Le nom de la Rose", mais focalisons-nous plutôt sur le pendule de Foucault ou ses analyses sémiotiques. Pourquoi ? Parce qu'en cette période où on se plait à nous raconter des histoires (pré et post-électorales), il n'est pas forcément inintéressant de relire un homme qui s'est intéressé au rôle du lecteur (et donc à nous) dans la construction du récit. Fut-ce pour s'apercevoir, en s'en amusant lui-même qu'un livre comme "le pendule de Foucault", dénonçant les théories conspirationnistes fumeuses servait presque de bible pour certains... conspirationnistes. Et en ce moment, ce (double) rappel pourrait être salutaire...


Great Western Trail Great Western Trail - Raphaël revient parmi les siens ! Le niveau de jeu s'en ressent !

Cette re-lecture de l'actualité, mais aussi l'apparition d'étranges néologismes comme Alt-fact ("fait alternatif", un concept en lui-même paradoxalement savoureux) rappellera aussi à notre souvenir une autre disparation du mois de février celle plus ancienne (57 ans tout de même!) de Victor Klemperer, qui après la LTI se serait peut-être intéressé à la LDT (Langue de Donald T.).

Le rapport de tout cela avec une séance des ludochons ? Aucun ! Quoi que, si on regarde avec attention, on pourrait découvrir que les joueurs construisent aussi collectivement le récit du jeu parfois bien au delà de ce que l'auteur a voulu y mettre et qu'ils le font souvent en se créant un langage qui leur est propre... La perception différente d'un club à l'autre d'un même jeu pouvant peut-être se rattacher à ce double phénomène.
Et c'est par cette pirouette d'une élégance douteuse, qu'après avoir payé notre écot à ces grands hommes, nous retombons (lourdement) sur nos pieds !

Quoi qu'il en soit hier, les ludochons parlaient encore jeu (à leur manière) en construisant ensemble de bien belles parties. Pas besoin d'être un prof d'éco., pour constater que nos ludochons continuent à faire tourner le marché ludique puisque les jeux récents (voire bientôt récents) étaient encore présents (Unlock!, Victory or death mais aussi Pocket Imperium) et je regretterais juste que personne n'ait joué à Ekö pour que je puisse faire un grand chelem!

Patchwork Patchwork - Rien ne parait devoir aller ensemble et de là nait la beauté... Une parabole ?

Les jeux

  • Eternity ( Cyril Blondel, Jim Dratwa chez Blackrock Games)
  • Geschenkt - Non Merci (T. Gimmler chez Amigo)
  • Guildhall (Hope S. Hwang chez AEG)
  • Great Western Trail ( Alexander Pfister chez Stronghold games)
  • Quartermaster General – Victory or Death: The Peloponnesian War (Ian Brody chez Griggling Games, Inc.)
  • Patchwork (Uwe Rosenberg chez Fun Forge)
  • Pocket imperium ( David J. Mortimer chez Good little games)
  • Sticheln (Klaus Palesch chez Amigo)
  • Unlock! (Cyril Demaegd , Thomas Cauet et Alice Carroll) chez Space cowboys
  • Valeria: Card Kingdoms (Isaias Vallejo chez Daily Magic Productions.)
  • En délocalisé (Burn!) Star Wars : Assaut sur l’Empire (J. Kemppainen , C. Konieczka & J. Ying chez Edge)

Les joueurs

  • Jean-Jacques, Manu, Michaël, Victor, et Zaggus sur Valeria
  • Frédéric, Jean-Michel, Olivier et Vincent (Possom) sur Victory or death
  • Bertrand II, Davy, Raphaël, et Stéphane Sur Great Westen Trail
  • Bertrand, Davide, Magali, Nelly et Suzel enfermés !
  • Vincent (Bibou) en deuxième partie de soirée


20170209_victory_or_death.jpg Victory or death - le jeu du "Comprendras-tu la règle d'approvisionnement ?"

vendredi, février 3 2017

2 février 2017 - C'est quoi "jouer" ?

Prenons une association sympathique de joueurs, sise à Bourgoin-Jallieu, un soir de février alors qu'une sorte de redoux frappe nos carcasses engourdies, vous y trouverez de sympathiques compagnons de différents âges, sexes, métiers,... Si vous interrogez ces joyeux drilles, ils se déclareront tous joueurs, mais pourraient se trouver bien ennuyés si on leur posait la simple question (simple en apparence) : "Cela veut dire quoi jouer ?"

Victory or death Victory or Death - "T'as un 'pépin', ami corinthien ? Et il est où le raisin, hein ? Etc."

Si on regarde la définition dans un dictionnaire, on lira, par exemple, "Se divertir en pratiquant un jeu, s'amuser avec un jeu". Si vous vous prenez un moment pour un philosophe, vous allez vouloir problématiser et vous commencerez surement par une analyse lexicale et vous ferez votre miel de termes comme "divertir" qui peuvent renvoyer au divertissement pascalien. Notons, qui plus est, que le simple terme "jeu" n'est pas sans complexité.

Bref si le sujet vous intéresse la simple lecture de la bibliographie disponible sur le site de l'académie de Paris devrait vous ouvrir bien des pistes .

Chez les ludochons, nous sommes dans la pratique et notre étude sera plus prosaïque, mais nous voyons in situ que le jeu n'est pas appréhendé par tous de la même manière. Sur une simple soirée, vous pouvez voir des super-calculateurs prostrés dans leurs calculs précis, et vous allez avoir des amateurs jeux de mots de mots pourris heureux de voir que les Corinthiens sur Victory or Death se prêtent bien aux jeux de mots sur le raisin. Certains vont se pénétrer des codes d'un jeu et se sentir obligés de se comporter comme des survivants face à des zombies faisant de grands moulinets avec leurs haches ou tronçonneuses virtuelles (À quand les championnats de "Air tronçonneuse" ?), alors que d'autres, à contrario, s'acharnent à appeler la monnaie d'un jeu "sou" plutôt qu' Escudo, Real, Franc, Rouble ou perle...

Et puis il y a tout le méta-jeu, certains lisent avidement journaux ou sites internet d'aucuns pour obtenir les dernières nouvelles d'autres pour y trouver les meilleures stratégies. Certains protègent avec amour leurs jeux, d'autres les customisent, préparent leurs decks ou leurs parties, refont leurs parties dans leurs insomnies, ou trainent dans les boutiques juste pour le plaisir ou pour taper la causette avec le vendeur. Certains prennent aussi à coeur la vie de l'association, ou alors envisagent le jeu par le biais d'une activité professionnelle alors que les autres veulent à tout pris disjoindre ces deux aspects.

Robinson Crusoe Robinson Crusoé - Daniel Defoe, Michel Tournier et Suzel; trois interprétations différentes du mythe

Bref les plaisirs qu'on peut tirer de la pratique ludique sont très différents, mais curieusement ils nécessitent quand même régulièrement de se regrouper autour d'une table pour mériter à plein leur titre de "jeu de société", alors que c'est finalement peut-être plus toutes ces approches qui font des joueurs une petite société.

Hier, les ludochons étaient encore nombreux, tout-à-fait divers dans leurs visions du jeu, mais finalement bien heureux de se retrouver à "jouer".

20170202_scythe.jpg Scythe - je m'acharne à faire, sans succès, quand je passe devant, des jeux de mots sur le thème "c'est tout "faux""...

Les jeux

  • Abyss (B. Cathala & C. Chevallier chez Bombyx)
  • Robinson Crusoé : Aventures sur l'ile maudite (I. Trzewiczek chez Filosofia)
  • Quartermaster General – Victory or Death: The Peloponnesian War (Ian Brody chez Griggling Games, Inc.)
  • Scythe (Jamey Stegmaier chez Ghenos games)
  • La glace et le ciel ( Florent Toscano chez Jeux Opla)
  • Zombicide - Rue Morgue (Raphaël Guiton, Jean-Baptiste Lullien, Nicolas Raoult chez Cool Mini or Not)
  • Prototype à creuser.

Les joueurs

  • Éric, Manu, Olivier et Vincent (Possom) sur Victory or Death
  • Bertrand, Christophe, Jean-Jacques, Victor, Zaggus et un invité en zombies
  • Alain, Lucie-Anne, Nelly, et Stéphane dans les abysses ou sur la glace
  • David, Noémie et Suzel sur leur île
  • Bertrand II, JB et Vincent ( Bibou ) font la récolte


Zombicide Zombicide - Rue Morgue - Il faut sauver sa Poe

vendredi, janvier 27 2017

26 janvier 2016 - De l'écran blanc à la cruauté de l'histoire

Certains matins, il faut bien le dire, on peut être touché par le syndrome de l'écran blanc. Que dire de neuf sur une séance, qui, si elle a été, comme toujours, sympathique n'a pas été marquée par des événements particuliers?

Un fois qu'on a parlé du temps (glacial mais rien de bien nouveau, depuis une dizaine de jours) il faut bien l'avouer cela devient compliqué... D'ordinaire, on peut se plonger dans l'actualité, les agendas et autres calendriers, pour y puiser une idée quelconque. Vous espérez d'ailleurs, secrètement, à ce moment que cela sera le jour de la Saint Vincent ce qui vous assurera de faire, au moins, plaisir à trois membres des ludochons...

Mais pour le 26 janvier, vous apprendrez que l'un des prénoms du jour est Xénophon (Le calendrier a décidé de ne pas vous aider) et, à moins qu'un rappeur américain ne ressorte ce prénom des limbes, le peu d'intérêt porté actuellement à l'étude du grec vous condamne à d'autres prouesses ou d'autres recherches.


Inis Inis - David fait tourner le jeu !

Finalement c'est une petite ligne qui attirera votre attention (Non! Pas celle sur la "journée internationale des douanes"), enfin surtout l'attention des amateurs de Quartermaster et d'histoire moderne : la signature en 1934 du pacte de non-agression germano-polonais.
Pour le côté léger c'est foutu, mais voilà un sujet un peu oublié et un traité qui était censé assurer à la Pologne 10 ans de paix. Cette période de 10 ans n'était d'ailleurs pas "innocente" puisque les grands planificateurs allemands pensaient que l'armée allemande n'atteindrait son plein potentiel qu'en 1942 / 1944 et s'accorderont à penser que la seconde guerre mondiale avait débuté "trop tôt"... (Ca fera une belle jambe à toutes les victimes de 1939, 1940,...)

On notera un peu l'ironie cruelle d'un tel accord, qui sera bafoué sans vergogne et dont la dénonciation marquera le début de l'embrasement du monde. On saluera aussi dans les signataires, Józef Piłsudski, grand homme politique polonais (tout n'est certes pas parfait chez lui), qui croyait à la Pologne quand celle-ci n'existait plus et dont la navigation au milieu des tumultes de la première guerre mondiale et dans l'après guerre, tentant de naviguer entre deux grandes puissances envahissantes, sans jamais vouloir en devenir le vassal peut fasciner....

Ceux qui n'ont pas encore pleuré assez sur l'ironie de l'histoire, ouvriront l'Illustration n°4813 du 1er juin 1935 (très beau numéro consacré au paquebot Normandie) et liront avec intérêt l'article consacré aux funérailles du dit Piłsudski et aux "jolies" photos prises à cette occasion (page 172); celle de l'entretien de notre "Man of the Year 1931" Pierre Laval et de Göring et celle du déjeuner ou sur deux tables parallèles on voit dans des attitudes symétriques Pétain et Göring... De quoi, vous plongez dans d'étranges et sombres réflexions... Je me demande par exemple s'ils ont repris du dessert... Parce que l'Europe, elle, allait déguster.


Railroad tycoon Railroad tycoon - l'Est américain et ses voies ferrés (pas de mur ?)

Bref on vous demande un petit compte-rendu rigolo et hop vous plombez l'ambiance... Finalement j'aurais du me concentrer sur la "journée internationale des douanes" ! Heureusement, hier soir, l'ambiance était nettement plus joyeuse chez les ludochons. On a construit pas mal de voies ferrées sur le territoire américain avec Railroad tycoon et Rolling Freight. Scythe continue à poursuivre avec bonheur, son bonhomme de chemin chez nous. David continue de son côté à faire la promotion d'Inis et on a vu apparaître des jeux un peu plus rares chez nous pour le moment (Death Angel et Valeria).

Rolling freight Rolling freight - l'Ouest américain et ses voies ferrés (mais avec des dés et toujours pas de mur)

Les jeux

  • 7 wonders (A. Bauza chez Repos prod)
  • Les Cités Perdues (R. Knizia chez Filosofia)
  • Inis (Christian Martinez chez Matagot)
  • Geschenkt - Non Merci (T. Gimmler chez Amigo)
  • Railroad Tycoon (Martin Wallace, Glenn Drover chez Eagle Games)
  • Rolling Freight (Kevin G. Nunn chez APE games)
  • Scythe (Jamey Stegmaier chez Ghenos games)
  • Space Hulk - Death Angel (Corey Konieczka chez Edge)
  • Stratego
  • Valeria: Card Kingdoms (Isaias Vallejo chez Daily Magic Productions.)
  • Prototype pour Bertrand

Les joueurs

  • Bertrand, Jean-Jacques, et Vincent (Possom)
  • David, Éric, Michaël et Nelly
  • Marie, Magali, et Olivier
  • Lucie-Anne, Jb, Quentin et un nouveau
  • David, Noémie, Vincent (Bibou) et un nouveau
  • Bertrand, Davide, Jean-Philippe, Philippe et Zaggus


Valeria Valeria - mais où Laurelin. ?

vendredi, janvier 20 2017

19 janvier 2017 - Mais, tu y vas tous les jeudis ???

Tel Enigma, je me devais de commencer par une question.

Fini d’asséner des vérités, il fallait renvoyer le lecteur sur lui même, pour une introspection salutaire, ou tout simplement pour l'attirer dans les mailles de mon filet narratif.

En toute franchise, quand je vois la tête de mon filet, je me dis que vous devez vraiment être de gros poissons pour vous retrouver coincés là-dedans.

Hier aux Ludochons, c'était soirée à thème.

Pour ceux qui suivent le fil des comptes rendus et je les en remercie (1, 2, 3, Suzel, oui c'est bon tout le monde est là), les soirées à thème des Ludochons, reviennent à intervalle régulier, imposant un thème dans les jeux joués lors de cette soirée.

Mais je ne vais pas parler de cette soirée spéciale jeux à deux.

Non.

Cela serait trop facile et trop convenu.

Je vais vous parler d'une chose qui s'est produite en même temps que cette soirée "jeux à deux".

Extrait du forum dédié aux Ludochons :

Possom a écrit: On organise des soirées Ludochons délocalisées alors ?

Olivier a écrit: Burn ! Burn ! Burn !

Outre l'humour fin, décalé et intellectuel de votre interlocuteur habituel (maître \o/), on notera une contre-soirée Ludochonesque.

test.jpg

Pourquoi décaler notre prisme de vision sur ce point particulier ?
Pour crier à la crémation des hérétiques ?
Pour crier à une tentative d'affaiblissement de l'association ?
Bien au contraire !

J'hésite entre :"On est bien hein TinTin" et "C'est peut être un détails pour vous", ça vous donne le niveau du matin

Je mets l'accent sur ce point, pour vous montrer une petite partie de ce que sont les soirées du jeudi soir.

Ce sont tout simplement des soirées où les gens se rencontrent et jouent ensemble. Des liens se créent ou pas, ne tombons pas dans la démagogie. Certains restent, d'autres partent, par choix ou par obligation (Un Big Up pour Jean Mi depuis la Sono), mais il se crée quelque chose qui dépasse le jeu.

Hier donc, pour continuer la campagne d'Assaut sur l'Empire une poignée de Ludochons s'est réunie chez l'un d'entre nous, pour lui permettre de continuer la campagne en groupe.

Les mauvaises langues, siffleront que c'était uniquement pour éviter la soirée jeux à deux, mais ce matin, je suis d'humeur optimiste.

Et quand je regarde les week-ends Ludochons, les campagnes de Pandémie Legacy, Seafall et autres réunions extra Ludochons, je suis optimiste.
Il le faut, gardons ces traces d'utopie, ces moments où l'ont se dit "jusqu'ici tout va bien", ce fragment de quelque chose, qui nous fait croire que notre Hobby, peut être autre chose que de la consommation pure et crue.

J'allais finir par gardons l'espoir, car c'est dans l'espoir que naissent les rebellions, mais je me rends compte que j'assène encore des vérités, et que certains n'ont pas encore vu Rogue One ...
Du coup je vais finir par " Et vous ? vous faites quoi les jeudis soirs ?"

Les jeux

  • Robotory x3 (Susumu Kawasaki, Kawasaki Factory)
  • Hive x2 (John Yianni, G3)
  • Invaders (Mark Chaplin, White Goblin Games)
  • Jaipur (Sébastien Pauchon, GameWorks)
  • Schotten totten (Reiner Knizia, Iello)
  • La guerre des moutons (Philippe des Pallières, Asmodée)
  • 7 Wonders Duel (Bauza Cathala, Repos Prod)
  • Coeur de Dragon (Rüdiger Dorn, Fantasy Flight Games)
  • Starfighter (Stéphane Boudin, Ystari)
  • 1812 (Beau Beckett, Jeph Stahl, Asynchron)
  • Sun Tzu (Al Newman, Matagot)
  • Terres D'Arles x2 (Uwe Rosenberg, Filosofia)
  • Bubblee Pop (Gregory Oliver, Bankiiiz Editions)
  • Cités Perdus x2 (Reiner Knizia, Kosmos)
  • Death Angel (Corey Konieczka, Fantasy Flight Games)
  • Hack Trick x3 (József Dorsonczky, Fullcap Games)

Les joueurs

  • Vincent, Sandra
  • Un ancien nouveau et une nouvelle
  • Fred, Bertrand I
  • Manu, Mike,Jean-Jacques
  • Nelly, une ancienne nouvelle
  • Deux nouveaux
  • Zag,Filo
  • Noémie,Jean-Philippe
  • Suzel, Bertrand II
  • Davy, Jori

jeudi, janvier 12 2017

12 janvier 2016 - Le compte-rendu dont vous êtes le héros

1. Il est 20 h, c’est l’heure de partir pour les Ludochons, pour partir de suite allez en 31, pour checker votre sac à jeux, en 24, enfin pour faire un tour sur Facebook avant de partir allez en 42.

2. Et vous gagnez la partie … Devant vos yeux de batraciens, vos camarades du soir vous félicite et vous propose de continuer en 26 ou vous décider de rentrer en 36 .

3. Une fois votre ordre « alphabétique – type – année – auteur- durée moyenne » établi, vous fermez un fichier excel de 500 Mo et allez vous coucher à 3h24, sur le canapé, car bizarrement votre conjoint fait la gueule.

4. Les tables se remplissent mais rien ne vous intéresse, juste au moment où vous alliez pleurer, Oliver lance un Keyflower, n’étant jamais tombé dans le piège vous acceptez en 37 ou refusez 28.

5. Pas de chance, il y a des gros joueurs à table, la première place ne sera pas accessible, mais ce n’est pas le plus important. Si ça l’est direction 13, sinon 29.

6. Non, on ne peut pas fuir, ou alors faut courir vite … Si vous courez vite allez en 34 sinon en 14.

DescendanceDescendance - Guillaume l'expert du jeu en proie au doute !

 

7. Malheureusement vous ne parlez pas japonais. Vous ne faites pas non plus la différence entre un Hiragana et un Kanji, bref les prochaines 30 mn ne vont pas être sympa, du coup, en gentleman, j’abrège vos souffrances ici.

8. Il est 23h59 lorsque que vous couchez la tête pleine de Meeple et de couleurs. Votre nuit sera agité par des cauchemars de noyade et d’arc en ciel tueurs … Rendez vous la semaine prochaine !

9. Par chance, tout est groupé dans un sac au dessus des pneus et de l’outillage, vous prenez les deux de la pile du dessus et montez dans la voiture, pour foncer et rattraper votre retard allez en 20, pour aller au rendez vous co voiturage allez en 40 enfin pour prendre le temps de re ranger les jeux à leur place d’origine allez en 3.

10. Mais c’est encore pire que l’autre, c’est une variante de dooble ! C’est tout ! C’est nul ! Ce jeu n’est qu’une merde et … vous faites un infarctus sur place et les secours ne pourront vous sauver … Triste mort …

11. Alors cette fois vous n’avez rien compris, mais rien, au bout de trois tours, vous copiez honteusement les coups de vos joueurs de droite et gauche en alternance, pour mettre fin à votre calvaire allez en 13 sinon en 2.

12. Une fois au chaud dans la salle, l’ambiance est studieuse, chacun prépare table et nappes, les jeux sont sortis des sacs, bref la soirée est lancée ! Pour choisir la table de Dungeon Crawler allez en 38, le jeu de gestion en 5, le party game en 22 et enfin attendre sans s’asseoir en 4.

13. Non, si c’est pour perdre, autant ne pas jouer, vous quittez la table, sous le regard médusé de vos camarades, qui vous regardent partir tel un prince drapé dans son honneur … Ouf … Bon … Bah plus qu’à aller se coucher …

14. Ils vous ont attrapé, sanglé à la chaise, et vous resterez là à jouer pour l’éternité !!! Mouaaaah (rire diabolique)

15. Non, mais comment dire, ce n’était pas nul … C’était horrible !!! Comment ça encore un autre ? Ok en 10 mais un mieux j’espère, ou non en 33, je veux un vrai jeu et enfin 18 vous suivez le mouvement.

16. Alors que vous vous hurliez mutuellement dessus, la police, appelée par la conne voisine du dessus, vous interrompt et essaie de faire office de médiateur. Au moment ou l’officier, commence à noter sur le procès verbal, 23h45, vous capitulez et avouez souffrir d’une dépendance au jds … Une fois l’abcès crevé, votre moitié vous réconforte en vous assurant qu’ensemble vous trouverez une solution à ce terrible fléau. Votre mariage est sauf, mais vous n’irez plus jamais aux Ludochons.

17. Quelle soirée ! Vivement la semaine prochaine ! D’ailleurs pourquoi on ne fait pas deux soirs par semaine ?

18. Alors que vous suiviez tranquillement le mouvement, vous vous retrouvez devant … Keyflower ! Bien fait espèce de noob ! Pour fuir allez en 6, pour jouer en 37.

19. Et comment vous êtes arrivé là ?! Par la boucle temporelle de la clé à fleur ?! Mon dieu encore un coup des Daleks, vite montez avec moi dans cette cabine bleue !

20. Vous arrivez à la salle et … C’est fermé … En plus personne n’est encore là …Mais au fait qui a les clés ? Pour attendre quelqu’un allez en 35, pour vérifier le forum depuis votre smartphone en 25.

21. Un Eclipse, mais quelle bonne idée, en commençant tout de suite je serais à l’heure pour le boulot ! C’est parti !

22. Sérieusement ? Un party game ? En début de soirée aux Ludochons ? Alerte ! Intrus détecté ! Alerte ! Déconnection !

23. Au moment ou vous mangiez votre 52eme bonbon de la soirée, vous vous étouffez en le mangeant. Oui, comme ça, connement. Vous y penserez à la prochaine soirée … Mouaaaaaah (rire diabolique)

24. Dans votre sac, vous trouvez … Rien … Le vide absolu. Appelant à l’aide votre moitié, ce(tte) dernier (ère) déclare avoir utilisé le sac pour les courses et mis tous les jeux dans le garage, parce que quand même, ça prenait de la place. Pour demander le divorce allez en 16, pour courir au garage en 9 et allez vous coucher en 32.

25. Lorsque vous sortez votre téléphone, ce dernier crie famine et s’éteint au moment où la page du forum s’affiche, par chance vos co voitureurs arrivent, mais ils n’ont pas l’air content que vous leur ayez posé un lapin … Rendez vous en 12.

26. Vous mettez le nez dans l’armoire des Ludochons dont les jeux s’écroulent sur vous, ce n’est que 5h après que le légiste dépêché sur place déclarera votre mort …

27. Vous avez désormais le choix entre un jeu à identités cachées 41 ou un obscur jeu japonais tout droit ramené d’Essen en 7 et un proto en 15.

28. Non, je déconne, on refuse pas un Keyflower à Olivier … Non. Ou alors allez en 30 mais je vous aurais prévenu.

29. Quelle partie ! Ce qu’il fallait d’interaction et de difficulté le tout dans un système comptable aux couleurs chatoyante et attractive, bref un must ! Et maintenant ? Vous enchainez sur un autre jeu en 27 ou 21 ou vous décidez de rentrer en 39 ?

30. Ah bah en fait si on peut refuser … Merde si j’avais su.

31. Une fois dans la voiture, arrivé à Bourgoin, vous vous rendez compte que vous avez oublié le co voiturage ! Pour faire demi tour allez en 40 pour continuer allez en 20.

32. 20h59 vous êtes au lit, bravo vous avez réussi, vous vous êtes couché tôt !

33. Alors on met les cartes là, et on fait ça, c’est tout ?! Mais c’est … super bien ! Minimaliste, malin, je l’ajoute à ma liste, on enchaine en 11 ou en 23 ? ou vous rentrez en 17.

34. Vous laissez tout le monde sur place, quelle bande d’imbéciles, ils n’ont rien vu venir, libre, je suis libr … Accident tragique jeudi soir, ou une voiture a percuté un piéton sortant d’un lieu associatif.

35. Après 45 mn d’attente, vous vous rendez compte que ce soir c’est mardi et non jeudi … Vous rentrez chez vous, penaud et consigné pour la semaine, parce qu’une soirée jeux par semaine ça suffit ! Même si on n'y joue pas, non mais !

36. Piouff, quelle soirée … il est 1h36 quand même et demain boulot … On a pas idée …

37. Mais en fait c’est super bien Keyflower ! Ravi de votre découverte et le sourire aux lèvres, vous enchaînez sur un autre jeu en 27 ou vous décidez de rentrer en 8.

38. Après avoir tué le monstre, ouvert la porte, récupéré le trésor, tué le monstre, ouvert le trésor, récupéré le monstre, le tout avec des jets de dés à faire mentir les statistiques, il est 00h45 et vous êtes seuls dans la salle … Mais qui a les clés ?

39. Il est 01h57 quand vous vous endormez enfin, les chiffres et les cubes tournent dans votre têtes, tels des monstres assoiffés de cervelle, la votre !!!

40. Vous arrivez avec 10 minutes de retard et vos co voitureurs ne sont guère contents, après de long silence gênants dans la voiture, vous arrivez à la salle en 12.

41. C’est lui le traite putain ! Mais si ! Mais tuez le !!! Arghhh !!!!! Mais je vais lui foutre mon poing sur la gueule à ce … Ah … Ah bah non c’était pas lui le traître … Ah comment ça je suis exclu du club ?

42. Après, avoir découvert que les chats Russes contrôlent le monde et qu’une star est morte (encore une année pourrie !), vous levez le nez vers votre horloge à 23h59 … Peut être la semaine prochaine arriverez vous à aller aux ludochons !

Lords of ScotlandLords of Scotland - Un bon jeu (enfin avec les bonnes règles)....

Les jeux

  • Colony (Ted Alspach, Toryo Hojo, N2 sur Bézier games)
  • Descendance (Inka et Markus Brand chez Gigamic)
  • Geschenkt - Non Merci (T. Gimmler chez Amigo)
  • Lords of Scotland (Richard James chez Filosofia) x2
  • Mysterium (O. Nevskiy et O. Sidorenko chez Libellud)
  • Star Wars Destiny (C. Konieczka et L. Litzsinger chez Edge)

Les joueurs

  • Davide, Éric, Guillaume, et Magali sur Descendance
  • Bertrand, Stéphane (L'aff), Vincent (Possom) et Zaggus sur Colony
  • Lucie-Anne, Jb, Manu, Nelly et Vincent (Tcho)  sur Lords of Scotland
  • David, Frédéric, Maude, Noémie, Olivier, Suzel, et un invité Nicolas sur Mystérium
  • Jean-Jacques et Vincent (Bibou) dans une galaxie très lointaine

ColonyColony - un bon jeu  doté d'un design aux couleurs guillerettes rappelant une banlieue soviétique un jour de brouillard hivernal

vendredi, janvier 6 2017

5 janvier 2017 - Anamorphose ludique de l'univers

Rappelons pour les plus dissipés, ceux qui dans leurs jeunes années dormaient pendant les cours d'art plastique et n'écoutaient que d'une oreille distraite, leur attention entièrement focalisée par le pari idiot visant à savoir si on pouvait se tatouer avec de l'encre de Chine. (Réponse oui mais ne le faites pas); rappelons donc à ceux-ci qu'une anamorphose est une oeuvre artistique, qu'on pourrait penser difforme, et à priori impénétrable, mais qui ne se révèle réellement, à l'oeil attentif que, par exemple, vue depuis un angle précis, ou par le biais d'un objet spécifique (cylindre réfléchissant,...).


Quartermaster Quartermaster - une partie en utopie, une partie en dystopie

À ce moment, comme tout les vendredis certains lecteurs se diront une fois de plus, il faut vraiment lui dire "les chocapics... Le matin ... Pas en inhalation", mais je vais balayer tous ces arguments d'un revers de la main "Z'avez qu'à essayer, vous verrez!" (Note aux jeunes lecteurs, n'essayez pas sans l'avis préalable d'un adulte responsable, à défaut, et sans meilleure solution, de vos parents).

Bien, revenons à l'anamorphose et à notre traditionnelle question faussement intelligente mais toujours 100% pédante : les thèmes des jeux de société sont-ils une anamorphose de notre univers ?
Vache ! Penseront certains, juste avant de se demander s'il ne convient pas de compléter leurs naïfs tatouages lycéens par une scarification artisanale à la clé USB... Et bien oui, songez-y (Non ! Pas à la scarification), vous qui répétez à l'envie ce lieu commun qui prétend que l'on connait mieux une personne en jouant avec elle, connaissez vous mieux le monde en jouant ?

Not alone Not alone - Ils sont nombreux à ne pas vouloir être seuls

On ne peut pas nier que pour certains le sujet de jeux a permis de découvrir des sujets historiques méconnus (Lewis & Clarke, Justinien), mais ces exemples sont -ils si représentatifs que cela de la production ?

Bien sûr, certains commenceront par vouloir éliminer de la réflexion, les wargames aux sujets imposés, mais si on regarde l'ensemble de la production, les sujets choisis ne sont ils pas plus souvent les plus vendeurs ou les plus connus que les plus originaux ? Combien de Napoléon, de grecs anciens de 1ère et 2ème guerre, pour une guerre en Chine médiévale ? Un conflit de la Renaissance ? Et encore les wargamers se révèlent bien souvent les plus éclectiques.

D'autres voudront, exclure les univers directement inspirés d'oeuvres imaginaires (de Harry Potter à Game of thrones en passant par Terry Pratchett ou le seigneur des anneaux), mais là encore certains ne sont-ils pas sur-représentées alors que d'autres sont absents (et cela sans qu'on puisse uniquement accuser les licences).

Enfin il reste tous les autres... Regardez la Chine et le Japon qui trustent de nombreux titres, combien trouverez-vous de sujets sur les Khmers ? Combien de cathédrales, de châteaux et de gratte-ciels avons-nous construit pour si peu de viaducs et d'aqueducs. Combien de fois l'amélioration de l'acier apparait comme une innovation et pas celle du verre ? Combien de fois l'électricité nous a fait passer dans une ère de lumière, en oubliant les réverbères à gaz ? Combien de fois la mondialisation se voit représentée par des avions plutôt que par des paquebots ?

Bref, il y aurait surement beaucoup à dire sur le sujet mais nous allons nous contenter du nom des joueurs et des jeux de la séance... La prochaine fois, nous serons moins légers avec des sujets graves et nous évoquerons soit la mode des figurines détaillées (qui rend la réédition d'Ursuppe problématique) soit les insectes gynandromorphes, on verra...

Inis Inis - Hier, pour y jouer, il fallait avoir réservé (avant la réservation)...

Les jeux

  • Inis (Christian Martinez chez Matagot)
  • Kodama (Daniel Solis chez Iello)
  • Not alone (Ghislain Masson chez G.A.G.)
  • Quartermaster (Ian Brody chez Asyncron) x 2
  • Scythe (Jamey Stegmaier chez Ghenos games)
  • Splendor (Marc André chez Space cowboys)
  • Takenoko (A. Bauza chez Bombyx / Matagot)


Kodama Kodama - Les ludochons ont les po(uss/c)es vert(e)s

Les joueurs

  • Jean-Philippe, Jori, Manu et Vincent (Bibou) sur Scythe
  • Alain, Bertrand, David et Suzel sur Inis
  • Bertrand II, Davy, Éric, Olivier et Vincent (Possom) sur Quartermaster
  • Nelly, Noémie, Sandra, Vincent (Tcho) et une invitée sur Not alone
  • Zaggus et deux invités sur Takenoko et Splendor


Scythe Scythe - bien parti pour être souvent sur nos tables

samedi, décembre 31 2016

Bonne année 2017

Bonne année 2017 à tous les ludochons, à leurs proches, et à tous les joueurs (ou non).
Bonne année 2017

jeudi, décembre 29 2016

29 décembre 2016 - Ne sucez pas vos meeples !

Noël, Le réveillon, les étrennes,... En cette période le père Noël et ses aides déposent souvent sous le sapin des ludochons des boites de tailles diverses et variées qui sont du plus bel effet...
Notons en passant que le jeu se prête d'ordinaire bien au paquet cadeau (beau format, emballage facile, surprise lors du déballage) bien plus en tout cas que le vélo de course, le Sacco, le sac de créateur ou le poisson porc-épic (diodon pour les puristes).
Bref, une raison (de plus) pour apprécier ce loisir qui s'intègre si bien dans le fameux esprit de Noël...

Les ludochons ont donc généralement envie, pendant cette période, de se réunir pour jouer avec leurs nouveaux jeux, mais voilà l'univers est parfois moqueur... Cette période enchantée, est aussi associée à des choses aussi formidables que le brouillard, le gel mais surtout la grippe, la gastro-entérite, les otites, la bronchite, etc .... Cette année, nous n'y coupons pas et à peine avons nous perçu notre "nouveau paquetage ludique" qu'on nous annonce une sorte d'apocalypse sanitaire à faire passer une partie de pandémie pour une promenade de santé...

Mysterium Mysterium - c'est là entre la table et la carte que la bactérie attaque !

Nous nous devons donc d'ajouter de nouvelles recommandations prophylactiques à nos soirées ludiques :

  • Ne sucez pas les meeples - Si d'aventure, vous vous êtes déjà aventurés sur la page "Salive" d'une encyclopédie vous n'aurez presque plus envie de déglutir votre propre salive alors la partager sur un meeple c'est juste... dégoutant ! Heureusement personne ne suce les meeples chez les ludochons (enfin les derniers à avoir fait cela sont surement sous les pieds de tomates de Suzel).
    Au pire, propriétaires, si vous avez un doute, vous avez toujours le vernis amer... ;-)
  • Lavez-vous les mains ! (mais pas sur le plateau) Voir de belles mains manucurées promener avec talent des meeples sur le plateau, quel plaisir ! (Quoique refiler la chtouille, à votre voisin le suceur de meeples, qui vient de ruiner votre coup de génie, puisse être tentant...). Néanmoins, dans l'enthousiasme de l'hydropathe, n'aspergez pas vos mains et le plateau abondamment... Le plateau se gondolera mais pas forcément le propriétaire de celui-ci. Suzel fait aussi pousser de très belles courgettes...
  • Utiliser les solutions de nettoyage adaptées - certains iront encore plus loin en utilisant toute sorte de gel de nettoyage... C'est très bien mais dans votre zèle, vérifiez que le produit est compatible avec vos figurines plastiques, sinon vous verrez le mât de votre belle galère s'incliner peu à peu, puis votre navire sombrera littéralement dans le plateau... C'est très esthétique mais cela nuit souvent à la rejouabilité.
  • Stocker vos jeux dans des endroits secs et aérés - de toute manière si vous êtes un vrai joueur, vous devez avoir maintenant une pièce entièrement dédiée au stockage des jeux, dans ce cas, détourner du matériel pour oenologue pour préserver vos grands crus ludiques.
    Overdesign ? Si peu...
  • N'utilisez pas les cartes comme cure-dent - les dents des derniers à avoir tenté la manoeuvre ornent les colliers de Suzel (peintes par ses enfants pour être plus pimpantes "Pimp their teeth"™).


Dans de telles conditions faut-il encore se réunir ? Bah bien sûr, c'est des ludochons qu'on parle ! Une race noble de joueurs à l'oeil vif (ils ont même les deux yeux vifs, parce qu'un seul, c'est un truc ridicule de petit joueur), bien éduqués et à la santé de fer (et même d'acier avec un HRC balèse), bref ils étaient encore là fièrement hier soir à jouer avec leurs cadeaux de Noël...
Ekö Ekö - s'il y a un virus il est extra-terrestre !

Les jeux

  • Ekö (Henri Kermarrec chez Sit down !)
  • Fremde Federn (F. Friese chez 2f-Spiele)
  • Mysterium (O. Nevskiy et O. Sidorenko chez Libellud) x2
  • T.I.M.E Stories (Manuel Rozoy chez Space cowboys)
  • ZhanGuo ( Stefania Niccolini et Marco Canetta chez What's Your Game?)

Les joueurs

  • Bertrand, Manu, Victor et Vincent (Possom) dans un tourbillon spatio-temporel
  • Marjorie, Noémie et Vincent (Bibou) en seigneurs de guerre chinois
  • David, Jean-Jacques, Jean-Michel, Olivier et Suzel dans la demeure du mystère
  • Éric, Sandra, Zaggus et un invité en campagne
  • Deux enfants

- page 1 de 143

Les ludochons : le club des joueurs et joueuses de jeux de société / jeux de plateau
sur Bourgoin-Jallieu et le Nord-Isère