jeudi, novembre 26 2020

26 novembre 2020 - Qui-est-ce ?

Cela fait quelques temps que nos soirées ont été suspendues, et c'est bien dommage... Surtout que pendant l'entre-deux guerres confinements, nous avions pu jouer en grandeur nature à ce jeu, assez peu pratiqué chez les ludochons, le "Qui-est-ce?"...

En effet, avec nos masques et parfois une bonne buée sur nos lunettes, il était difficile de reconnaître certains de nos camarades, surtout avec un confinement pourvoyeur de quelques kilos supplémentaires et d'une garde-robe adaptée!

Ce masque donc, nous l'avions déjà signalé, peut avoir certains avantages dans le domaine du bluff ludique (et de l'insulte), et si on y ajoute alors ce petit jeu, il devient un ustensile des plus intéressants !

Qui-est-ce ? Cluster Édition Qui-est-ce ? Édition "Cluster" - Je ne sais pas qui est qui mais j'ai trouvé Régis !

Néanmoins, assez vite, on peut toucher aux limites de cet exercice de style et reconnaitre les ludochons à leur démarche ou à leurs chaussures, c'est pour cela que ce site, qui n'hésite jamais à proposer des jeux ridicules et sans rapport avec les jeux de qualité pratiqués quand nous pouvions nous croiser, vous propose d'abandonner le "Qui-est-ce ? Masked 2020 " pour le "Qu'est ce qu'il ou elle cache ?"

En fait, il s'agit de transformer cette contrainte en une sorte de rêverie (ou de cauchemar) sur ce que le possesseur du masque tente de nous cacher derrière celui-ci sous prétexte de pandémie.
Ainsi, j'avais signalé lors d'une de nos dernières réunions, que mon masque ne cachait pas mon visage glabre habituel, mais de puissantes moustaches à la mexicaine, que je libérais une fois rentré chez moi en poussant un puissant "Caramba" (Il faut faire un certain effort d'imagination, je l'avoue)...

Continuons en imaginant que notre amis Zaggus ne porte plus la barbichette (qu'il a rasé parce que trop chaude sous le masque), mais qu'il en a recollé les vestiges sur son masque pour donner l'illusion...

Je ne doute pas que certains des ludochonnes pour soutenir l'industrie du rouge-à-lèvres au bord de l'asphyxie mettent des rouges incendiaires du plus parfait glamour sur leurs lèvres! Rouges qu'elles n'oseraient porter en temps ordinaire pour nos modestes réunions ludiques. N'est-ce pas une idée fascinante ? Ou sexiste ?

Je ne sais pourquoi j'imagine sans difficulté Vincent (Possom) équipé d'une fine moustache qu'il tortillerait d'un air matois une fois rentré chez lui...

Bon, cela ne marche pas toujours, par exemple, je n'arrive pas à imaginer derrière le masque de nos Alain autre chose que des sourires placides...

Si vous êtes amateurs de films d'horreur, ce jeu vous ouvre de nombreuses portes plus terrifiantes les unes que les autres à imaginer quelles mâchoires se nichent derrière ces masques innocents...

Si vous êtes moins attiré par l'horreur, vous pouvez être tenté, comme je le suis, de doter les parties cachées de ces visages de tout un tas d'attributs... On peut commencer modestement, comme je vous l'ai signalé, par jouer avec la pilosité ou le maquillage, et petit à petit, on va y ajouter d'autres choses : un tout petit homoncule criant dans un mégaphone, une série de cloches (pour des collègues que vous appréciez, voire tout un carillon pour les meilleurs), un marteau pilon, la bouche expressive d'un poisson rouge, etc...
Pour avoir pratiqué cet exercice depuis quelques temps, il me vient spontanément des images assez fantastiques, dignes d'un Jérôme Bosch moderne...

Ce petit jeu a néanmoins un défaut, si par mégarde et à distance raisonnable, vous devez voir le visage nu de la personne, vous trouvez immédiatement la réalité très décevante... Toutefois, si un jour, cette déception s'accompagne de parties avec nos camarades à nos tables de jeux, elle s'évanouira rapidement... Patientons!

jeudi, novembre 19 2020

19 novembre 2020 - Couvre-jeux...

Il y a encore quelques mois, si on avait utilisé devant nous le terme de couvre-jeu, nous aurions immédiatement pensé à une nouvelle technique, mise au point par nos plus grands maniaques pour protéger leurs jeux.
On se serait demandé, d'ailleurs, ce qu'ils avaient bien pu inventer de plus ?
Après avoir plastifié le plateau, avoir re-vernis les meeples, avoir coulé les figurines dans la résine, avoir "sleevé" les cartes, avoir plastifié les aides de jeux... L'hypothèse la plus probable aurait été, sans doute, le passage de la boite de jeu au vernis colle avec durcisseur et renforts métalliques pour que celle-ci résiste à tous les chocs possibles et imaginables... (Le plus souvent la résistance à la pression des 60 boîtes juxtaposées par dessus parce que "Non, je t'assure, je ne peux pas vendre mes jeux il n'y a que des bons".).

Et bien, le couvre-feu et le confinement ont introduit une nouvelle signification pour nous, celle de recouvrir nos jeux d'une belle couverture (ou à défaut de poussière) en les préservant pour des jours meilleurs, où nous pourrons retrouver notre pratique de club.
Mais est-ce aussi simple ? Il semblerait, en effet, que ce confinement exacerbe les différences entre les individus et donc les joueurs. Si certains joueurs se trouvent isolés ou entourés de ludoréfractaires et donc privés de toute activité ludique, pour d'autres le confinement rime avec une pratique ludique intense puisque la famille regroupée doit trouver des activités dans son sein même...

Couvre-jeux ludochons, nov. 2020 Couvre-jeux artisanal....

Notre camarade Zaggus, qui gère la boutique "L'échoppe des jeux" (Achetez local dès que c'est / ce sera possible! Et n'oubliez pas toutes vos boutiques de jeux préférées), nous avait informé que, suite à la fin du premier confinement, il avait reçu dans sa boutique quelques joueurs, réclamant des nouveautés, après avoir usé (quasi-littéralement) certains de leurs jeux pendant le confinement.

Bref, le couvre-feu peut rimer, suivant les cas, aussi bien avec couvre-jeux qu'avec ouvre-jeux et il sera intéressant de savoir s'il a, au fond, été bénéfique ou non à la pratique ludique (à défaut de bénéficier à son économie qui elle aura sans doute plus de mal).

Quoi qu'il en soit, ce couvre-feu a étendu son voile sur l'activité des ludochons d'une manière prégnante. Après notre assemblée générale escamotée (sans trop de plaintes, notons-le) (*), mais aussi le rituel week-end de jeux annulé (nettement plus regretté), Essen virtualisé, nous voilà de nouveaux privés de nos petits camarades alors même que certains n'avaient pas encore retrouvés le chemin du club après la première interruption.

Que restera-t-il de notre club après ces essorages successifs ? Qui vivra jouera!

En attendant que faire ? Nous vous recommandons la pratique du tricot (si, si!), qui vous permettra de confectionner d'esthétiques (au sens des 70's) manchons pour vos jeux préférés, que nous baptiserons.... couvre-jeux! CQFD.

(*) On me dit que Manu fait graver, maintenant, ses cartes de visite avec la mention "Le président le plus durable de l'histoire des ludochons".

mardi, octobre 27 2020

22 octobre 2020 - Une dernière pour la route ?

Ah, vous l'avez attendu ce compte-rendu ! Et bien, ce n'est pas tout à fait anormal puisque d'une part, nous avons du amortir la nouvelle du futur couvre-feu et que donc, alors qu'on n'en avait pas encore tout-à-fait conscience cette séance, serait sûrement la dernière avant ... un certain temps.
D'autre part, il a fallu trouver un rédacteur pour réaliser ce compte-rendu, tâche qui a fini par revenir à votre serviteur, ce qui tombe bien, car il n'était même pas là (le nase !)...

Nous allons donc pouvoir dire du mal de nos jeux et surtout de nos joueurs en toute tranquillité puisque nous savons déjà que rien ne sera vrai dans tout ceci.

Nous avons ainsi noté que Stéphane et Manu ont joué à la même table et on peut facilement imaginer ce qui a pu se passer. Stéphane a sûrement proposé un jeu pas trop lourd et moins connu mais qu'il aime, souvent, pour son originalité et les sensations qu'il peut procurer... Manu de l'autre côté de la table qui aime les mécaniques qui tournent bien aura forcément un avis diamétralement opposé, qu'il exprimera avec une grande modération à l'aide d'expressions choisies à base de superlatifs et de synonymes d'étron.
Bref est-il raisonnable de mettre à la même table ces joueurs dont la rencontre est aussi pleine de promesses que la balade romantique d'un morceau de sodium sous une chaude ondée d'un charmant mois d'octobre ? Étonnants ludochons qui permettent de telles rencontres.

Sur une autre table, nous avions le cadeau de Noël idéal si vous connaissez Ségolène Royal ! Non, non, pas un jeu sur les pingouins et la banquise qui fond mais sur un autre de ses sujets de prédilection à savoir les mangas. Bref, une de nos tables nous avions un Cowboy Bebop - Space Serenade jeu inspiré d'un (vieux) manga. C'est là qu'on peut regretter que cela ne soit pas Zaggus qui soit en charge du compte-rendu car il aurait, à n'en pas douter, un avis autorisé sur le sujet alors que nous ne pouvons que nous demander si le smoking bleu et la chemise jaune est le costume le plus adapté aux aventures spatiales (à défaut d'être un défi au bon goût).

Cowboy Bebop, oct. 2020 Cowboy Bebop - 22 ans après la série originale...Le jeu dérivé ! Belle perf. même si le record reste aux "dents de la mer"...

Notons que le choix de ce jeu est en fait une fourberie destinée à rappeler à certains qu'ils auraient du être à Essen. Si, si.
En effet, le nom du principal personnage est Spike Spiegel, or comme vous le savez, actuellement la Germanie (Ge) se protège de ses voisins, en mettant des barrières autour d'elle, on pourra alors écrire le nom du héros sous la forme Spie(ge)l, ce qui se lit opportunément "Le jeu du Spiel est entre parenthèses". CQFD

On a également pu trouver sur nos tables un exemplaire des "Couleurs de Paris". Actuellement, Covid oblige, je vous dirais bien que la couleur de Paris c'est plutôt un rouge avancé et clignotant mais vous me répondrez qu'on y évoque un autre temps celui des peintres qui pouvaient fréquenter cette belle ville, encrassée alors par la fumée des usines, la combustion incertaine du mauvais charbon et des cheminées au tirage improbable.
Là, encore on pourra s'interroger sur la passion que peut engendrer cette ville, mais nous reconnaîtrons au jeu une qualité (au moins) celle d'avoir fait une fiche au nom de Toulouse-Lautrec, "géant" un peu trop négligé de la peinture, mais aussi un être doté d'une liberté folle, conférée peut-être par les affres des plus vieilles noblesses consanguines et d'une syphilis cognée.
Tant qu'à aller découvrir les couleurs d'une ville, préférons donc, pour le coup, sa ville natale : Albi. Ville qui est l'acronyme de "bail" ce qui nous sépare probablement de notre prochaine rencontre.... CQFD (bis)

Couleurs de Paris, oct. 2020 Couleurs de Paris - Les peintres de l'époque aimeraient-ils l'esthétique du jeu ?... Vous avez deux heures...

Les jeux

  • Carro combo (Katja Stremmel chez Gigamic)
  • Couleurs de Paris (Nicolas De Oliveira chez Super Meeple)
  • Cowboy Bebop - Space Serenade (F. Sirieix et J. Benvenuto chez Don't Panic Games)
  • Project L (Adam Spanel, Jan Soukal, Michal Mikes chez Boardcubator)
  • Scythe (Jamey Stegmaier chez Ghenos games)

Les joueurs

  • Alexis Bertrand 2 et FranckieLesBonsTuyaux
  • Céline, Manu, Philippe et Stéphane (l'aff)
  • Guillaume, Maude, Suzel et ...
  • Bertrand, Elsa et....

Scythe, oct. 2020 Scythe - Des années, que j'attends qu'on recrute une joueuse prénommée Adèle... P%tain de Covid qui ne respecte même pas les calembours !

- page 1 de 224

Les ludochons : le club des joueurs et joueuses de jeux de société / jeux de plateau
sur Bourgoin-Jallieu et le Nord-Isère