vendredi, février 23 2018

22 février 2018 - Quand Cannes, cancane !

Cette deuxième semaine de vacances scolaire nuit encore gravement à la fréquentation des ludochons, effet qui se trouve renforcé par l'absence de certains ludochons partis au festival du jeux de Cannes.
Curieusement, ces absences prouvent définitivement, et nous allons le "démontrer", la supériorité de l'activité des ludochons sur toute autre activité imaginable un jeudi soir (si, si!).

En effet, revenons sur ce que représente le festival de Cannes... Cannes, c'est d'abord la Méditerranée et sa plage, c'est une certaine douceur même en ce temps de froid polaire. Si on se concentre un peu plus sur le festival, c'est la possibilité de fréquenter un lieu qui a été foulé par les pieds de nombreuses célébrités du cinéma (qui n'étaient peut être pas tous des pervers), c'est la possibilité de croiser des personnalités du monde ludique (si cela vous intéresse) , de croiser des auteurs de jeux (même si 99% des gens ne comprendront pas qui est avec vous sur votre nouveau selfie), d'essayer des prototypes (y compris de très mauvais), de voir des jeux en exclusivité (avant le pilon) et... de jouer encore et toujours!


1812 1812 - Le lac Érié vaut-il Cannes ?

Qu'offre Bourgoin-Jallieu en comparaison ?
Pour la mer, la Méditerranée il faut admettre qu'avant que ses marées très très peu marquées nous atteignent, nous risquons de rester sur les quais, au sec, encore bien longtemps.
La Maison des Habitants de Champarret qui nous abrite, est peuplée de gens sympathiques mais peu sont connus mondialement dans le domaine du cinéma (mais avantage, on n'y croise pas de pervers de classe mondiale!) et il faut bien avouer que les dalles de sol, vertes, ne sont pas tout-a-fait à la hauteur du tapis rouge cannois. Certains des membres des ludochons peuvent tout à fait prétendre au titre de "personnalité ludique", mais, et c'est dommage pendant le festival, elles sont, elles aussi, à Cannes.... accompagnés des rares auteurs de jeux qui nous fréquentent d'ordinaire !
Avouons donc que nous avons du mal à concurrencer les attraits de Cannes, surtout un jour de février où la température semble peu décidée à franchir la barre du 0°C.


Keyper Keyper - Il y a des nouveaux qui auraient préféré être à Cannes ou n'importe où d'ailleurs !

Bref, il n'y a à la lecture de cette description, aucune raison, pour qu'un ludochon reste dans le Nord-Isère, et il devrait derechef, coiffer son chef de son célèbre couvre-chef, le béret, et filer vers la côte d'Azur de son pas le plus alerte...

Et bien non ! Ils étaient encore près d'une quinzaine à être là de bonne heure et près à en découdre... Comment expliquer cela ? Comme nous avons déjà expliqué souvent à quel point le ludochon est un être d'exception, on ne peut en aucun cas y voir un aveux de faiblesse... Non s'ils se retrouvent ensemble ici, c'est parce qu'on y passe un bon moment....
Sans chicane, on est mieux qu'à Cannes !

Ce message vous était offert par le CAMFR (Club des Activistes pour une Mauvais Foi Radicale)

Mombasa Mombasa - Arcanes, boucanes, chicanes, hurricanes, jerrycans, mais rien sur Cannes

Les jeux

  • 1812 (Beau Beckett, Jeph Stahl, Asyncron)
  • Century : La route des épices ( Emerson Matsuuchi chez Plan B games)
  • Keyper (Richard Breese chez R&D Games)
  • Mombasa (Alexander Pfister chez Gigamic)
  • Taluva (M.-A. Casasola Merkle chez Ferti)
  • Tortuga 1667 (Travis & Holly Hancock chez Façade Games)
  • Tschak ! (Dominique Ehrhard chez Gameworks)

Les joueurs

  • Guillaume, Jean-Jacques, Jory, et Jimmy
  • Davy, Éric, Stéphane 3, et Vincent (Possom)
  • Alain, John, Manu, et Victor
  • Noémie, Olivier, Norbert et Pauline


La route des épices La route des épices - ne passe pas par Cannes !

samedi, février 17 2018

15 février 2018 - Dé - cep - tion !

Je sais, certains vont me dire qu'ils ont attendu ce compte-rendu plus de deux jours ! Horrible ! Surtout que John lui avait rendu sa copie à temps mais qu'à cause de l'incurie de votre serviteur, son compte-rendu lui aussi a subi un léger décalage temporel!
Voilà, mais pour le rédacteur ce délai cache surtout une immense déception... Et oui, alors que certains tentent périodiquement de le flatter, il s'attendait à un déluge de messages d'encouragements ou au contraire de menaces... Du genre
"- T'as dix minutes pour nous pondre un compte rendu et je ferais tout ce que tu voudras !
- Si tu ne te dépêches pas, c'est macaroni jusqu'à jeudi!"
Je tiens à préciser que je vous laisse voir, dans ces deux phrases où se trouve l'encouragement et où se trouve la menace. Enfin je dirais quand même que les macaronis c'est vachement bon !

20180215_dream_home.jpg Dream Home - Les ludochons rêvent-ils de moutons électriques ?

Combien de messages donc? Rien, zéro, nib, nihil
À ce stade, je devrais me trouver sans idée, complètement sec à force d'avoir pleuré toutes les larmes de mon corps. Heureusement grâce à une rehydratation d'urgence, à base de liquides fermentés ou distillés, j'arrive à envisager les choses de manière pragmatique (ou à me duper moi-même avec une excuse des plus bancales)... En fait, ce silence est dû aux vacances des ludochons...

Et là, malgré une pensée étrangement obscurcie (L'eau minérale surement), c'est le drame !
- Quoi ? Les ludochons sont en vacances ?
Notez bien que votre rédacteur est des plus réalistes, et il a bien compris que depuis qu'on ne peut plus imposer aux nourrissons de travailler dans les usines de lames de rasoirs, les choses vont de mal en pis et qu'il faut bien accorder même à des êtres d'exception comme les ludochons, des (pardonnez-nous ce gros mot) congés !

Oui, mais... Le ludochon ne devrait pas partir en congés ! Il devrait passer ses congés chez les ludochons !

20180215_otys.jpg Otys - je pense qu'on a épuisé les blagues sur le thème de la plongée en une soirée !

Déception, donc ! Avec un D majuscule... Et n'hésitez pas à mettre les autres lettres en majuscules non plus !

Quoi ? On peut préférer, à une soirée chez les ludochons, aller se bousculer sur des montagnes éventrées par la cupidité des magnats de l'or blanc, pour glisser un peu vainement, dans des combinaisons aux couleurs émétiques qui ne peuvent se justifier que par la consommation de psychotropes ou par un daltonisme cogné, et qui permettent de mariner dans la moiteur de ses propres odeurs au milieu, paradoxe, d'un champ de glace . Glace elle-même issue d'une neige synthétique aux vrais composants chimiques et aux cristaux rendus tristement informes par nivellement! Terrible image et pitoyable activité !

Heureusement... Quelques ludochons résistent encore et n'hésitent pas à se regrouper même pendant les vacances surtout qu'ils savent que Cannes arrive et qu'il vaut mieux être d'attaque !

Les jeux

  • Azul (Michael Kiesling chez Plan B games)
  • Les Châteaux de Bourgogne (S. Feld chez Alea)
  • Dream Home (Klemens Kalicki chez Rebel)
  • Massive Darkness (R. Guiton, J.-B. Lullien , N. Raoult chez CoolMiniOrNot)
  • Otys (Claude Lucchini chez Libellud)
  • Splendor (Marc André chez Space cowboys)
  • Twinz ( Hervé Marly chez Cocktail Games et Space Cowboys)



20180215_chateau_de_bourgogne.jpg Les Châteaux de Bourgogne - un jour je vous parlerai du chanoine Kir

Les joueurs

  • Manu, Noémie, Olivier et Stéphane (l'aff)
  • Magali, Suzel, Vincent (Bibou) et Louane
  • Christophe, Éric, David, Jean-Philippe, et John
  • Guillaume², Noémie², Stéphane 3 et j'ai oublié...
  • Yoann de passage (et qu'il soit remercié)


Splendor Splendor - Classique ? Oui et c'est un compliment!

15 février 2018 - John installateur !

L'installation...

Ce terme porteur de cauchemar, certes moins en quantité de nos jours mais toujours aussi poignant, pour les informaticiens (j'utilise le mot ici pour désigner tout utilisateur de quelconques outils informatiques) m'a suivit toute ma vie. Suis-je, parfois, un peu lent à la détente parce qu’à force les mises à jour windows (des premières éditions à la dernière), ou les diverses installations Linux, ou simplement la pléthore de logiciels sur mes OS, m'ont pourri le cerveau ? C'est possible et c'est chose inquiétante. Alors quelle surprise! Que le cauchemar reprenne, mais chez les Ludochons ?! L'anonyme Olivier en profitera pour me dire "T'as qu'à apporter de vrais jeux" ou une toute autre boutade sortie de son amertume infinie... Mais ne l’écoutons pas et parlons de "Massive Darkness".


Massive darkness

(avant le début de partie)
"Coka: Je ne suis que remplaçant! A 5 les parties vont être longues et je ne veux pas en finir à minuit passé à chaque fois.
Moi: Non non, joue ton propre personnage ça ira.
(début de la partie après installation, explication des règles et du scénario il est 21H)
Christophe: Non mais on ne peut pas dire que cette porte commence ouverte ? Elle va se barrer l'araignée là !
(30 minutes plus tard, environs 3 tours de jeu)
Moi: Victoire!
...
Tour de table: Bon il est 21h30, on en refait une ?"
Après une bonne demi-heure de préparation mes fichus joueurs grognons me torchent une araignée géante en 2,3 gros coups de haches et de masses et osent se plaindre! Ralala, bon j'avoue pour la deuxième partie, après de nouveau, un moment d’installation, on a joué deux bonnes heures et avons fermé le chapitre sans le terminer (Notre élu nain au seuil de la victoire mais coincé, en prise avec une énorme femme serpent aux six lames).
Mais voilà Massive Darkness se résume un peu à ça: Des coups de chance ou de malchance et une aventure pleine de rebondissements et, semble-t-il, d'un barbare assoiffé non de gloire, mais de fortune. J'en conclurai que comme pour l'informatique, les installations qui semblent les plus longues sont celles dont on trépigne à l'idée de finir, mais qui en valent le plus la peine. Enfin, tant que bug il n'y a pas... (Comme oublier des règles de base du jeu par exemple... Nous ayant presque forcé à recommencer ça pourrait faire penser à une corruption de fichier).

- page 1 de 169

Les ludochons : le club des joueurs et joueuses de jeux de société / jeux de plateau
sur Bourgoin-Jallieu et le Nord-Isère