vendredi, janvier 11 2019

10 janvier 2019 - Nous sommes jeunes !

Le matin en se rasant (avec un coupe-chou qui est rappelons-le l'outil de prédilection de l'homme civilisé), un rédacteur pense, (enfin si c'est un homme - quoique une femme peut aussi penser - mais pas en se rasant la barbe, essayez de suivre! ), il pense donc, non pas à l'élection présidentielle, mais le plus souvent à trouver un apophtegme remarquable qui pourrait remplir d'aise nos lecteurs les plus réguliers... Après quelques coupures dues à l'inattention (si vous êtes resté sur l'hypothèse rédacteur plutôt que rédactrice), il nous est venu cette fulgurance des plus étonnantes....

Ne serions nous pas passé, médiatiquement parlant, de l'ère du jeunisme triomphant à l'air du jaunisme triomphant ?

Rajas of the Ganges Rajas of the Ganges - Pour Guillaume se fut jaunisme sur les pions et jeunisme sur le score....

Avouez que la formule est élégante.... Néanmoins, en vous la livrant je prends le risque de voir mon président favori m'appeler, en catastrophe, pour me signifier son inquiétude...
"- Pop pop, pop... Quand tu dis jaune, tu parles de notre logo? Hein ? le pion jaune, et rien d'autre ?
- Euh.... Non.
- Alors,... Euh... une boisson anisée, une parabole sur l'ère des dépendances ? L'achat compulsif de jeux ?
- ... Non.
- Ah, c'est bien ce que je craignais... Sérieux ! T'as encore relu des russes et tu parles du passeport jaune des péripatéticiennes.... Sur un blog familial, tu veux parler de la marchandisation des corps et des âmes ? Ou alors c'est le passeport jaune des bagnards ? Pffffff, "touchy"
- ... Euh ... Bah en fait...
- Ouais c'est bien ce que je pensais.... Tu déconnes... Je me demande si parler du bagne n'est pas un peu risqué dans une association ludique avec des opinions très diverses... Ouaip... Oublie le jaune, le jeunisme c'est peut-être mieux...
- Ah... Bon... D'accord."

Sommes nous donc, et tant pis pour l'aphorisme, un club jeune ? La question n'est pas sans fondement car force est d'admettre que certains de nos membres atteignent un age respectable voire canonique, qui n'est, rappelons-le, que de 40 ans.... Age qui permettait de devenir bonne du curé par exemple (oui j'avoue que cette aparté n'a pour but que de nous permettre de ré-entendre Annie Cordy)...

Mais est-ce si grave ? D'une part, notre doyen Alain, arbore un fier panache blanc auquel il est plaisant de se rallier tant il est associé à une franche et saine jovialité. Nelly porte certes une mèche blanche mais c'est sans doute par pure coquetterie. Chez les porteurs d'un chromosome Y, on peut aussi noter quelques cranes un peu dégarnis mais ce n'est qu'une manière subtile de mettre en valeur le front intelligent qui caractérise le ludochon ! Bref, certains ludochons ne sont plus dans leur prime jeunesse mais ils sont des plus magnifiques, polis par les ans et la pratique régulière du jeu...

Il faudrait donc presque retourner la question, est-il raisonnable de recruter "du jeune" ? Pour des raisons évidentes il faut dire oui, car avant d'avoir un diamant amoureusement poli et brillant, il faut bien un diamant brut, et puis un jeune c'est un joueur qui ne connaît pas encore Keyflower et ça c'est pratique... Qui plus est, dans sa soif de découverte, il fait souvent bénéficier le club ou de sa frénésie acheteuse, de son enthousiasme sans bornes, de son énergie, etc.

Great western trail Great western trail - plus tout à fait jeune, mais il semble vouloir bien vieillir chez nous...

Il conviendrait donc de maintenir une pyramide des ages cohérentes et régulières, mais là encore, est-ce logique ? Il semble que l'on vienne au jeu de société, du moins à sa pratique dans un club, à partir "d'un certain âge". Cet âge non canonique se situe souvent aux alentours de la trentaine, quand le joueur en devenir, ne bénéficie plus de son cercle familial ou estudiantin, qu'il dispose de moins de temps voire quand il doit optimiser son planning....Arg, le problème est sans fin!
Quoi qu'il en soit, cette année nous avons vu arriver encore quelques jeunes bien sympathiques et certains semblent vouloir s'installer chez nous dans la durée.. C'est une bonne idée ils feront de vieux joueurs tout-à-fait remarquables....

Clank! Clank! - Ca, c'est du rouge, pas du jaune... Ca ne (se) "manifeste" pas de la même manière....

Les jeux

  • Clank! (Paul Dennen chez Renegade Game Studios)
  • Great Western Trail ( Alexander Pfister chez Stronghold games)
  • Imaginarium (B. Cathala et F. Sirieix chez Bombyx )
  • Rajas of the Ganges (Inka & Markus Brand chez Huch!)
  • Shadows Amsterdam (Mathieu Aubert chez Libellud
  • Yokai (prototype Bankiiiz) x2

Les joueurs

  • Cécile, Guillaume, Olivier et Suzel.
  • Éric, Vincent, Vincent et Vincent (Coyote, Possom et IV) "Hé, Vincent, à toi de jouer !"
  • Philippe, Rémi et Stéphane 3
  • John, Marie, Nelly, et Noémie
  • Bertrand, Cyril (chapeau!), Manu, et Raphaël
  • Zaggus


Yokai Yokai - Que peut-on en déduire ? me direz-vous. Question très pertinente... Réponse : un bon jeu chez Bankiiz cette année

vendredi, janvier 4 2019

3 janvier 2019 - Loin des yeux, près du thème....

Un jeu sur l'art topiaire (Topiary), voilà qui réjouit votre serviteur... Certes, tout le monde n'a pas eu la chance d'avoir des parents qui répétaient ce mot à chaque fois que se présentait un arbre tarabiscoté, troublant de jeunes enfants, perplexes en se demandant, comment diable, une taupe pouvait grimper dans un arbre et se livrer à de telles prouesses, (et surtout pourquoi)...

Pour ceux donc qui n'ont pas eu cette chance, rappelons que l'art topiaire est l'art visant à tailler arbres et plus souvent arbustes pour leur faire prendre des formes géométriques ou figuratives assez peu naturelles mais généralement tout-à-fait décoratives. Précisons aussi, pour les bilingues, que topiaire à la même étymologie que le "topic" anglais, ce qui renvoie les taupes ("talpa") à leurs sombres repaires...
Les moins attentifs rapprocheront cet art de celui de la taille des bonsaï, même si dans l'art topiaire la réduction de l'arbre n'est absolument pas un objectif, puisqu'on peut même chercher à faire dans le gigantisme surtout s'il s'agit d'épater le voisin ou de lui cacher le soleil....

Walking in Burano Walking in Burano - l'exotisme vu de Taïwan

Cette constatation nous amène aussi à un constat, celui qui veut que l'on se demande pourquoi les thèmes "lointains" semblent plus prisés que ceux nettement plus "proches" de nous... Précisons avant toute chose que cela n'est pas une réflexion "locationaliste" de celle qui veut que l'on revendique d'être né quelque part comme dirait Brassens, non (sauf si, bien sûr, on parle de la Normandie), mais force est de constater que les auteurs ou les éditeurs préfèrent les thèmes lointains, en distances (l'espace), en références culturelles (les mondes fantastiques, littéraires, l'antiquité...), et le mieux combinant les deux, le Japon, les cultures meso-américaines, la science-fiction etc...

Est ce que parce que l'éditeur, le créateur ou l'acheteur cherche le dépaysement ? Si on se penchait sur les thèmes des jeux, et qu'on se livrait à une recherche sur les sujets évoqués on pourrait peut-être dessiner un bien curieux univers.... Faute de temps, nous ne livrerons pas à une étude systématique mais les résultats seraient sûrement intéressants,... On pourrait se demander si l'Amérique du Sud et l'Asie ne sont pas sur représentés dans la production, et que lorsqu'on s'intéresse à l'Europe, c'est l'Antiquité et le Moyen-âge qui tiennent le haut du pavé...
On m'opposera de nombreux wargames (après tout nous avons joué à Quartermaster general), mais là encore on peut se demander si on n'évoque les sujets plus modernes par le biais de jeux nettement plus simulationnistes. À l'attrait de la distance il faudrait donc peut-être aussi ajouter la "timidité" à l'égard de sa propre histoire mais aussi parfois le respect de sensibilités (Regardez les polémiques sur les jeux concernant l'indépendance de l'Algérie).
Au final, le choix des thèmes pourrait être une compilation de ces demandes, compilation que nous pourrions peut-être baptisée... marketing!

Azul : Les Vitraux de Sintra Azul : Les Vitraux de Sintra - Dépaysement lusitanien / touristique ?

Bref, le joueur a peut-être une vue du monde qui tient de l'anamorphose. Le ludochon lui ne s'intéresse qu'assez peu à ce genre de considérations oiseuses (avouons-le, l'inspiration n'est pas toujours là, le vendredi matin), et ils préfèrent se concentrer sur les qualités des jeux, et histoire de me faire mentir il a joué à Azul, Burano,Topiary, Quartermaster general etc. Il a aussi explorer des voies plus anciennes avec Fertility, Tobago, et Marco Polo....

Pour les voeux ? Ils sont dans le billet de John.

Les jeux

  • Azul : Les Vitraux de Sintra (Michael Kiesling chez Next Move)
  • Fertility (Cyrille Leroy chez Catch up games)
  • Quartermaster General : Alternate Histories (Ian Brody chez Griggling Games) x2
  • Tobago (B. Allen chez Zoch)
  • Topiary (Danny Devine chez Pixie Games)
  • Les Voyages de Marco Polo (Simone Luciani et Daniele Tascini chez Filosofia)
  • Walking in Burano ( Wei-Min Ling chez EmperorS4)


Topiary Topiary - couper les cheveux buissons en quatre...

Les joueurs

  • Alexis, John, Manu, Philippe, Olivier et Vincent (Possom)
  • Alain, Alain CM, David, Elsa
  • Bertrand, Cécile, Magali, et Noémie
  • Bertrand II, David, Éric et Guillaume

Quartermaster general : Alternate histories Quartermaster general : Alternate histories - variations déroutantes sur l'histoire et un jeu bien connu

Time what is time... John? An answer ?

Similar to my incomprehension of the song by Blind Guardian, I am unsure as to what happened on this Thursday evening. It all started, as most winter's tales do, on a quiet and cold night. The air cold with the promise of coming frost, shadowy figures could be seen darting from street light to street light before doing a mad dash for the pool of light, warmth and comfort that is the Gamerkins hideout. Once inside all thought of the bone chilling atmosphere is forgotten. For all Gamerkin smile at you as you enter and greet them warmly. All ? Yes all! Even the dastardly Olivier. Anyhow I am losing track of the point of this story with all these recollections of happy new year wishes and good will. Because once all the tables were set, the Gamers inside and the hellos spoken. Game on. Swords are drawn. Teeth sharpened. Friendships broken. Spirits destroyed. This is not Sparta. It is worst. It's a table of "Quartermaster".

Some kept enjoying themselves cleaning windows in Azul. Smiling and laughing and merrily scoring their points here and there. One table away though war was being prepared. The second world war to be exact. Only... Time is not a constant it seems at the Gamerkins. And though the Allies in fact won both games we played. They won... Strangely at best.

The first game was not utterly unthinkable. Germany rather than pushing hard westward decided to annihilate the Soviet Union. I was Germany, and I annihilated. However in the process the U.K. and U.S.A took over all of Europe. In fact in that scenario not only did the Allies win, there would never have been a cold war either as the U.S.S.R was all but destroyed. The second game took another stranger turn. The Soviet Union declared total war on Western Europe, and whilst Italy and Germany expanded after cleaning up the red tide, the U.S and U.K. well... Decided that E.U. really wasn't worth it to be perfectly honest and instead took over the rest of the world.
So if you are a learned woman or man, please explain to me: How do such amicable friends become such avid enemies on the same evening ? What the hell are Blind Guardian talking about in a song, I think, about a movie I barely remember other than good old Harrison Ford starred in it. Why is it the Gamerkin is such an incredibly wonderful place to be every Thursday night ?

All I know is that we all wish each other a grand new year, full of games and laughs. We also wish the same to you. Happy year 2019

- page 1 de 193

Les ludochons : le club des joueurs et joueuses de jeux de société / jeux de plateau
sur Bourgoin-Jallieu et le Nord-Isère